Like

Vidéo : Valériane Ayayi se transforme en coach et nous fait transpirer !

Confinées en raison de la pandémie de coronavirus, les sportives passent le temps comme elles peuvent. Surtout, elles essaient de maintenir leur forme physique en attendant le retour aux entraînements et la reprise des compétitions. Pour ce faire, Valériane Ayayi fait du sport tous les jours. Un moyen aussi de « garder un esprit sain et serein ». Depuis son balcon, la basketteuse de 25 ans nous a adressé une petite vidéo de son circuit cardio-musculation. Allez, on se met en tenue et on suit la devise de Valériane : « tout faire à fond et avec le sourire ! ». ?

-> À noter qu’il faut faire trois tours de 10 minutes (oui, oui ! ?)

Valériane Ayayi, en bref

Née le 29 avril 1994 à Bordeaux, Valériane Ayayi a baigné dans le basketball depuis sa plus tendre enfance. C’est son papa, membre de l’Équipe nationale du Bénin, qui lui a transmis la passion du ballon orange. Biberonnée au basket, Valériane a très vite fait ses preuves sur les parquets. En 2013, à l’âge de 19 ans, elle était déjà sacrée vice-championne d’Europe avec l’Équipe de France ! L’année suivante, elle était élue meilleure espoir du Championnat national (LFB). 

Depuis, Valériane Ayayi a largement concrétisé cet immense potentiel. L’ailière d’1m85 compte à son palmarès pas moins de trois titres de championne de France (remportés consécutivement avec Montpellier en 2016, Villeneuve d’Ascq en 2017 et Bourges en 2018), un titre de championne de République tchèque décroché l’an dernier avec Prague et une médaille de bronze en EuroLeague. Elle a également été élue meilleure ailière du Championnat de LFB en 2018, et désignée deux fois MVP de la finale (ndlr, « most valuable player ») en 2016 et 2018.

Avec l’Équipe de France, Valériane Ayayi a participé aux campagnes européennes argentées de 2013, 2017 et 2019, ainsi qu’à l’épopée olympique de Rio-2016, soldée par une malheureuse 4e place.

Prochainement, elle devait jouer en WNBA – le championnat nord-américain féminin de basketball – avec le Sun du Connecticut. Il s’agissait de la deuxième expérience Outre-atlantique de sa carrière après San Antonio en 2015. Mais la saison est pour le moment en suspens, perturbée par la pandémie de coronavirus…

En dehors des parquets, Valériane Ayayi est une passionnée de mode. La bordelaise de bientôt 26 ans a d’ailleurs décidé d’en faire son activité professionnelle à côté du basket en créant son entreprise « I can do both » (https://icandoboth.fr) où elle prodigue des conseils en image et en style vestimentaire.

Aujourd’hui, l’ailière aux 103 sélections tricolores rêve d’un podium olympique à Tokyo l’an prochain, et même à Paris en 2024, et surtout d’un premier titre majeur pour les Bleues !