315 Views |  Like

Une Américaine remporte le marathon de Boston pour la première fois depuis 1985

L’Américaine Desiree Linden a remporté lundi le marathon de Boston en 2 heures 39 minutes 54 secondes. C’est la première fois depuis 1985 qu’une coureuse américaine s’impose sur ce marathon, devenu un symbole du sport au féminin.

Desiree Linden a remporté lundi la 122e édition du marathon de Boston, dans le nord-est des États-Unis. L’Américaine s’est imposée en 2 heures 39 minutes 54 secondes, dans des conditions météorologiques très difficiles (vent et pluie). Elle a devancé sa compatriote Sarah Sellers (+ 4 min 10 sec) et la Canadienne Krista Duchene (+ 4 min 26 sec).

Linden, qui avait manqué la victoire de deux petites secondes en 2011 puis avait fini 4e en 2015 puis de nouveau 2017, offre à l’Amérique sa première victoire depuis 1985 et le succès de Lisa Larsen Weidenbach.

Il y a 51 ans, Kathrine Switzer devenait la première femme à courir le marathon de Boston

Le marathon de Boston est un symbole pour le sport au féminin depuis le 19 avril 1967. Ce jour-là, inscrite sous l’identifiant «K.V Switzer», l’Américaine Kathrine Switzer (20 ans) s’engage dans la course alors même que les femmes ne sont pas encore officiellement autorisées à concourir. Quelques kilomètres après le top départ, elle est repérée par les organisateurs du marathon qui tentent de lui arracher son dossard portant le numéro 261. Défendue par son petit ami de l’époque et son entraîneur, elle arrive au bout des 42,195 kilomètres en 4 heures 20 minutes. Kathrine Switzer a ensuite consacré une grande partie de sa vie à démocratiser la course à pied auprès des femmes. Sa plus grande réussite : l’insertion du marathon féminin aux Jeux Olympiques, dont la première édition s’est tenue à Los Angeles en 1984, et a été remportée par l’Américaine Joan Benoit.

L’année dernière, Kathrine Switzer avait recouru le marathon de Boston avec le numéro symbolique de sa première course : le 261. À 70 ans, elle avait terminé le parcours en 4 heures 44 minutes 31 secondes avec certainement comme principale satisfaction d’être seulement une femme parmi tant d’autres.