Like

[Mondiaux-2019 d’athlétisme] Razzia américaine et jamaïcaine pour les dernières médailles

Découvrez les résultats des deux dernières journées des Mondiaux-2019 d’athlétisme qui avaient lieu ce week-end à Doha (Qatar). 

La discobole cubaine Yaimé Pérez a remporté vendredi le concours du lancer du disque devant sa compatriote Denia Caballero et la Croate Sandra Perkovic. Avec un jet à 69,17 m, Pérez s’offre à 28 ans son premier titre mondial, après deux 4e places à Pékin à 2015, puis de nouveau à Londres en 2017. La Française Mélina Robert-Michon a terminé 10e (59,99 m).

L’Américaine Dalilah Muhammad a remporté l’épreuve du 400 m haies en battant de 4/100e son propre record du monde en 52 secondes 16. Elle a fait la course en tête mais a été talonnée de près par sa jeune compatriote Sydney McLaughlin (20 ans), qui a fini à 7 centièmes (52.23). La troisième sprinteuse, la Jamaïcaine Rushell Clayton, a terminé à plus d’une seconde et demie (53.74).

Sur 100 m haies, c’est une nouvelle fois une Américaine, Nia Ali, qui s’est imposée en 12 secondes 34, devant sa compatriote Kendra Harrison (12.46) et la Jamaïcaine Danielle Williams (12.47).

La Kényane Hellen Obiri a conservé son titre sur 5.000 m. En 14 minutes 26 secondes 72, elle a battu le record des championnats du monde pour devancer au sprint sa compatriote Margaret Chelimo Kipkemboi (14:27.49) et l’Allemande Konstanze Klosterhalfen (14:28.43).

Une semaine après avoir remporté le concours du 10.000 m, la Néerlandaise Sifan Hassan (26 ans) a récidivé sur 1.500 m en 3 minutes 51 secondes 95. Elle a devancé la championne du monde en titre kényane Faith Kipyegon (3:54.22), qui améliore son record national, et l’Ethiopienne Gudaf Tsegay (3:54.38) qui bat quant à elle son propre record personnel.

À la longueur, c’est l’Allemande Malaika Mihambo qui a remporté l’or grâce à un saut à 7,30 m devant l’Ukrainienne Maryna Bekh-Romanchuk (6,92 m) et la Nigériane Ese Brume (6,91 m).

Au relais 4×400 m dames, les États-Unis (Muhammad, Francis, McLaughlin, Jonathas) ont remporté l’or devant la Pologne. La Jamaïque a été disqualifiée, perdant quelques minutes après la course sa médaille de bronze au profit de la Grande-Bretagne. 

La Vénézuélienne Yulimar Rojas a conservé son titre mondial au triple saut. Déjà sacrée en 2017 à Londres, elle a de nouveau été intouchable avec un saut à 15,37 m. Elle a devancé la Jamaïcaine Shanieka Ricketts (14,92 m) et la Colombienne Caterine Ibarguen (14,73 m). 

Enfin, la Jamaïque a remporté sans grande surprise le relais 4×100 m féminin. Shelly-Ann Fraser-Pryce (championne du monde du 100 m), Natalliah Whyte, Jonielle Smith et Shericka Jackson ont aisément dominé en 41 secondes 44 la Grande-Bretagne (Asha Philip, Dina Asher-Smith, Ashleigh Nelson et Daryll Neita), 2e en 41 sec 85, et les États-Unis (Dezerea Bryant, Teahna Daniels, Morolake Akinosun et Kiara Parker), 3emes en 42 sec 10. Fraser-Pryce remporte ainsi sa 2e médaille d’or sur ces Mondiaux-2019, la 9e au total : seuls son compatriote Usain Bolt (11 médailles) et l’Américaine Allyson Felix (13) ont fait mieux. Les Françaises Cynthia Leduc, Estelle Raffai, Carolle Zahi et Orlann Ombissa-Dzangue avaient été disqualifiées en séries en raison d’un mauvais passage de relais (avant de terminer de toute façon hors des places qualificatives).