5626 Views |  Like

Les Miss et le sport : Laury Thilleman, en forme avant tout

Être belle et faire une pratique sportive (ou plusieurs !), l’équation impossible ? Pour terminer cette semaine spéciale anciennes Miss 100% belles & sportives qui s’assument, on s’entretien avec la resplendissante Laury Thilleman.

Laury Thilleman est certainement l’un des meilleurs exemples du mariage sport, bien-être et beauté. Elue Miss France en 2011, on peut la considérer comme l’ambassadrice beauté française la plus sportive. Nageuse depuis son plus jeune âge, ayant aussi touché au basket, au surf, à l’athlétisme ou encore au foot, la jeune femme s’est essayée à l’émission « Danse avec Les Stars » sur TF1.
Mais c’est auprès d’Eurosport que la jeune femme a fait marcher ses compétences sportives, chaîne pour laquelle elle commente régulièrement des compétitions. Et elle n’a de cesse de partager sur la toile ses challenges sportifs. De quoi se dessiner des abdos bétons dont elle est fi ère. Ce n’est pas pour rien qu’elle a été élue sportive la plus sexy par Men’s Health !

  • Women Sports : COMMENT T’ES VENU LE GOÛT POUR LE JOURNALISME SPORTIF ?

Laury Thilleman : Mon père étant dans la marine, il m’a transmis son goût pour les parcours du combattant. J’ai fait ma première Spartan Rice avec lui et j’ai même été aux mondiaux. Etant petite, on partait en camping-car découvrir la France, avec vélos, masques et tubas. J’ai commencé la marche en montagne à 6 ans !
C’est pourquoi je me suis lancée en master de journalisme en alternance chez Eurosport, histoire d’enrichir mes connaissances sur le terrain et me sentir plus légitime, surtout après mon parcours. Mon objectif serait de concevoir une émission multisports qui parle de société.

  • WS : TA VISION DU SPORT ?

L.T. : Je suis bien dans ma tête, mon boulot, ma vie amoureuse, et j’ai l’impression que l’activité sportive m’aide à mener à bien ma vie de femme. Quand je fais du sport, j’ai l’impression d’avoir fait ma BA de la journée pour mon corps.

  • WS : BEAUTÉ ET SPORT, ÇA VEUT DIRE QUOI POUR TOI ?

L.T. : On ne se sent jamais aussi belle qu’après une session sport, les joues rosées. Avec toutes les tenues sports qui existent, difficile
de ne pas se sentir jolie. J’en fais la collection, j’ai un dressing presque dédié à ça ! C’est important d’être bien dans ses baskets, ça motive.

  • WS : TA ROUTINE FORME ?

L.T. : Quand j’étais bretonne, je sortais des cours et allais surfer. Arrivée à Paris, j’ai dû me dépenser autrement qu’avec les sports d’eau. Je me suis mise à la boxe, au cardio, au crossfit… Je varie en fonction du temps, mais quoi qu’il en soit, trois fois par semaine, je fais une session de 20 minutes abdos / fessiers. Quand j’ai un jour off, je fais du yoga sur stand up-paddle pour déconnecter de la vie parisienne. Et surtout, je donne le bon carburant à mon corps.
On me demande souvent des conseils sur les réseaux sociaux. Pour y répondre, j’aimerais lancer ma méthode (chaîne YouTube, appli, bouquin : j’ignore encore le format) pour la relayer au plus grand nombre et convertir les réticents au sport.

  • WS : TES SPORTS PRÉFÉRÉS ?

L.T. : Surf, windboard, planche à voile, paddle pour l’été. En hiver, je ne loupe jamais un week-end de ski. Au printemps et à l’automne, la course en forêt et, pour varier les plaisirs, la course avec obstacles. A commenter, je suis très natation, sport avec lequel j’ai commencé sur les antennes d’Eurosport.

  • WS : TON RÊVE DE GOSSE ?

L.T. : Avec mon père, on ne ratait aucun grand moment sportif à la TV. Je me serais bien vue dans la peau de Marie-José Perec. Ça m’a toujours attiré d’imaginer être à la place des sportifs aux Jeux Olympiques. D’une certaine façon, j’y ai participé en 2012 en recevant les sportifs français sur le plateau pour Londres.
J’avais de grands rêves en athlétisme mais je me suis blessée au genou et n’ai jamais récupéré après l’opération. Le journalisme sportif a un peu remplacé ce rêve. Maintenant, le top serait d’être à Tokyo en 2020 pour commenter le surf !

Propos de Laury Thilleman, www.laurythilleman.com, recueillis par Léa Borie.