1

Les femmes d’influence du football français

Des dirigeantes de premier plan ont émergé dans le monde du football au cours des dernières années. Citons quatre femmes qui occupent une place de choix dans les instances françaises et européennes du football amateur et professionnel.

Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.12 d’avril-mai-juin 2019

Frédérique Jossinet – « Mme football féminin »
43 ans – Directrice football féminin à la FFF

Triple championne d’Europe et vice-championne olympique de judo, Frédérique Jossinet est chargée depuis 2014 du plan de féminisation de la FFF. Ses résultats sont spectaculaires : +300% d’augmentation du nombre de licenciées féminines en moins de 5 ans (de 50.000 à plus de 150.000). Nommée responsable « Impact et héritage » de la Coupe du monde féminine 2019, elle ne compte pas en rester là. Après la féminisation de sa fédération, Frédérique Jossinet vise désormais la mixité dans le football ! Dans la pratique, mais aussi dans tous les postes d’encadrement et de direction, ainsi que dans la médiatisation.

Brigitte Henriques – « Une vie dédiée au football »
48 ans – Vice-présidente de la FFF

Joueuse, entraîneure, secrétaire générale puis vice-présidente de la Fédération française de football : depuis toujours, Brigitte Henriques consacre sa vie au football. Retour sur un parcours jamais bien loin des terrains ! Triple championne avec le club de Juvisy en 1992, 1994 et 1996, Brigitte Henriques a fait le bonheur de l’équipe de France avant de se reconvertir d’abord comme entraîneure diplômée, puis comme dirigeante. En janvier 2011, Noël Le Graët lui demande de le rejoindre sur sa liste. Elle est depuis lors élue en tant que vice-présidente de la FFF, un poste-clé. Parmi ses attributions, le développement du football féminin, bien sûr !

Florence Hardouin – « La troisième femme la plus puissante du sport mondial »
52 ans Directrice générale de la FFF

Escrimeuse de haut-niveau – elle fut notamment vice-championne du monde à l’épée en 1991 -, Florence Hardouin a rejoint la FFF en 2008, au sein de la direction du marketing. En 2013, elle devient directrice générale de la fédération et, de fait, le bras droit du président Noël Le Graët. En 2016, elle devient la première femme élue membre du Comité exécutif de l’UEFA. Une première qui vaut à Florence Hardouin d’être classée comme la troisième femme la plus puissante du sport international selon le Top 100 réalisé par le magazine économique américain Forbes ! Jamais une Française n’avait eu un tel honneur !

Nathalie Boy de la Tour – « Une femme à la tête de la Ligue 1 »
50 ans – Présidente de la Ligue de football professionnel (LFP)


Après une carrière dans le consulting et la communication, Nathalie Boy de la Tour s’est rapprochée au début des années 2000 du monde du football en fondant notamment un salon professionnel consacré au ballon rond. Quelques années plus tard, en 2016, sous l’impulsion notamment du président de l’Olympique Lyonnais Jean-Michel Aulas, fervent défenseur de la place des femmes dans le football, elle crée la surprise en devenant la première femme présidente de la LFP, entité qui dirige le football professionnel (Ligue 1, Ligue 2). Sous sa présidence, la Ligue a engagé plusieurs actions en faveur du développement durable.