Like

L’écologie sur la pelouse : vous avez dit stade écologique ?

Construire un stade de foot est très énergivore, et sa consommation une fois en fonction l’est tout autant. Des bâtisseurs t activistes écolos songent à réduire les impacts environnementaux que produisent ces établissements sportifs. Par Léa Borie

  • On a vu plusieurs stades du Brésil, dont Brasilia et Maracanã à Rio de Janeiro, s’écologiser.
  • A Lagos au Nigeria, un terrain de football a été doté d’une technologie permettant de produire de l’électricité quand les joueurs courent dessus.
  • Pour 2020, le club britannique Forest Green Rovers (FGR) mise sur 180 panneaux solaires, engrais naturel à base de défécation de vache, une architecture en bois pour réduire son empreinte carbone, un robot tondeuse à énergie solaire et des menus vegans – une première pour un club de foot. Tout ça grâce à Dale Vince, activiste écolo et fondateur d’Ecotricity (société productrice d’énergie verte) qui a racheté le club en 2010. En 2012, la pelouse a été récompensée par l’Institute of Groundsmanship dans la catégorie durabilité et environnement.
  • Le Qatar s’y met aussi, en vue du Mondial 2022, avec le Ras Abu Aboud Stadium, un stade qui se démontera et pourra être transporté, car construit à partir de conteneurs. Soit moins de matériaux nécessaires à la construction, une empreinte carbone et des déchets réduits !
  • Et la France y plonge également à petit ! Avec le stade Océane du Havre : premier stade à énergie positive en France et plus grand stade de Normandie. Il a été inauguré en juillet 2012. Son atout ? 1.500 m2 de capteurs photovoltaïques. Le stade dispose également d’un système de récupération des eaux de pluie, garantissant 90% de baisse de la consommation en eau. Enfin, un dispositif de tri, de compostage et de recyclage a été mis en place.
  • S’en est suivi le stade écologique Allianz Riviera de Nice. Inauguré en septembre 2013, ce stade construit par Vinci et dont EDF a participé à la conception, a tout d’une écoconstruction : 7 500 m2 de panneaux photovoltaïques, un système de récupération des eaux de pluie (= 7 000 m3/an) et un dispositif de ventilation naturelle via les vents de la plaine du Var. Un chantier dont 40 % de déchets ont été recyclés.

QUELQUES BONNES ADRESSES ET LIENS UTILES

Un rappel des initiatives par la FFBB : pour mettre en place :

  • un service sportif éco-géré éco-communication,
  • achats responsables,
  • collecte et tri des déchets,
  • entrVolume 1 : «Les fédérations sportives françaises engagées dans le développement durable» : etien et nettoyage,
  • optimisation des consommations d’eau,
  • efficacité énergétique,
  • biodiversité,
  • sensibilisation des usagers,
  • et même la restauration !

Consultez le guide pratique pour une gestion écoresponsable des établissements sportifs, du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, du club Sport Développement Durable (SDD), à télécharger sur www.ffbb.com

Le club SDD du ministère des Sports : http://developpement-durable.sports.gouv.fr/m/ressources