311 Views |  Like

Le Génie du Vin, le spectacle qui nous enivre de bonheur !

Artiste aux nombreux talents, Sylvie Malys s’éclate sur les planches depuis plus d’un an avec son spectacle «Le Génie du Vin». Seule en scène, la comédienne y enchaîne les jeux de mots oenologiques aussi fruités que pétillants. Humour, partage et gourmandises sont les ingrédients de ce «wine woman show» savoureux, à déguster sans modération !

Propos recueillis par Floriane Cantoro
Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.10 d’octobre-novembre-décembre 2018

Sylvie Malys nous présente Le Génie du Vin, le spectacle qui nous enivre de bonheur. WOMEN SPORTS N.10.

▶︎ WOMEN SPORTS : Vous présentez votre spectacle «Le Génie du Vin» comme une «farce vinicole d’origine contrôlée». Un cru plutôt rare !

Sylvie Malys : Oui, c’est le premier «wine woman show» de l’histoire de France, en clin d’oeil au «one woman show» bien sûr. L’idée m’a été suggérée par les membres de la Confrérie des Compagnons du Beaujolais, qui étaient présents lors de mon intronisation par la Confrérie Saint-Juliénas-des-Près il y a quelques années. Ils m’avaient vue jouer dans la pièce «Gargantua» et avaient été séduits. Ils m’ont proposé d’écrire un spectacle gouleyant et gourmand. C’est comme ça qu’est né «Le Génie du Vin». C’est l’histoire de trois copines – Margaux, Fleurie et Vouvray – qui se sont «brouilly» à cause d’un certain Saint-Amour. Avec en plus des jeux de mots sur le vin et des références au terroir. On est dans la gourmandise, dans l’humour.

▶︎ WS : Vos personnages sont hauts en couleur. En langage vinicole, ça donnerait quoi ?

Sylvie Malys : Margaux est précieuse, tout en étant boisée et ample. Fleurie, c’est la sulfureuse avec l’accent des îles. Elle est charpentée. Enfin Vouvray est gouleyante avec la bouche en coeur ; elle est plutôt fraîche, minérale et pétillante. Ce sont trois personnages complètement différents, c’est super chouette à jouer.

▶︎ WS : Faut-il avoir le palais fin pour apprécier «Le Génie du Vin» ?

Sylvie Malys : Le spectacle ne s’adresse pas qu’aux oenologues et sommeliers. C’est avant tout une histoire de copines à laquelle viennent se greffer des références au vin. On ne boit pas forcément de Chablis ou de Sancerre, mais ce sont des appellations qui nous parlent en France. Quand je dis que Saint-Amour n’est pas «Sancerre» du tout – pour «sincère» – les gens comprennent, même s’ils n’en ont jamais bu. Ce n’est pas grave si on n’a pas tous les jeux de mots en tête, on peut rire quand même. On comprend les chamailleries de ces trois copines. Des adolescents sont venus voir le spectacle et, sans avoir forcément saisi toutes les références, ils se sont régalés. Parce que c’est avant tout la gestuelle des personnages qui les a amusés. On ne fait pas du tout l’apologie du vin.

« Le spectacle ne s’adresse pas qu’aux oenologues : c’est avant tout une histoire de chamailleries entre copines »

▶︎ WS : Avant de jouer «Le Génie du Vin», vous aviez déjà écrit un premier spectacle intitulé «Y a des Pépins dans le Raisin». La thématique du vin est omniprésente. Êtes-vous une vraie oenophile ?

Sylvie Malys : Je suis une grande épicurienne. J’adore les accords mets et vins. J’aime sentir les odeurs des plats, les sens qui s’émoustillent pendant la préparation d’un bon repas, les papilles en émois quand on y goûte… J’aime surtout le fait de partager ces moments d’émerveillement autour d’une bonne table entre amis, potentiels amis ou simples rencontres. Une bonne table crée toujours de bons échanges.

▶︎ WS : On dit de votre spectacle qu’il est frais, pétillant et gourmand : les ingrédients d’une bonne bouteille, en somme !

Sylvie Malys : C’est un bonheur d’entendre ça. L’intérêt d’un spectacle joyeux autour du vin, c’est d’être en communion. C’est merveilleux ces moments de partage et d’échanges qui se créent dans la salle pendant la représentation, entre la scène et le public. Je suis heureuse de pouvoir offrir cette belle énergie positive. C’est pourquoi on aime aussi prolonger ces échanges avec une dégustation de vin à la fin du spectacle. Mais des jus de fruits sont à disposition, bien sûr ! C’est simplement un moyen de prolonger la fête.

▶︎ WS : Tenir une scène seule pendant plus d’une heure demande une énergie folle et donc forcément un minium d’entraînement. Être comédienne, c’est déjà être un peu sportive finalement ?

Sylvie Malys : Le «one woman show» demande en effet beaucoup d’énergie car on n’a pas de partenaires avec soi sur scène. On doit gérer tout seul le débit et le rythme d’un bout à l’autre de la représentation. En plus, «Le Génie du Vin» est un spectacle très physique. Je joue trois personnages qui ont chacun une gestuelle particulière. Ce sont trois filles auxquelles il arrive des péripéties alors physiquement, elles envoient ! C’est une véritable performance. Il faut être calé dans son corps, dans ses jambes mais aussi dans sa tête, comme pour le sport de haut-niveau. Je ne suis pas une sportive de haut-niveau, certes, mais je suis une comédienne au taqué qui a du jarret (rires) ! Et ça demande aussi de la prépa- ration. Je fais du pilates et de la natation. Je travaille mon cardio et ma respiration profonde. Et avant de monter sur scène, je fais des échauffements corporels pour être bien tonique.

« La scène, c’est de la performance. Il faut être calé dans son corps, dans ses jambes et dans sa tête, comme un sportif de haut-niveau ».

▶︎ WS : Vous faites du sport à titre professionnel pour préparer votre jeu de scène. Mais l’activité physique fait aussi partie de vos engagements personnels puisque vous êtes l’une des ambassadrices de l’association «AJILA, Sauvez le coeur des femmes» qui lutte contre les maladies cardio-vasculaires et prône un mode de vie sain : bien manger, bouger…

Sylvie Malys : Les maladies cardio-vasculaires sont la première cause de mortalité chez les femmes. Il faut en parler et sensibiliser parce que c’est une véritable problématique aujourd’hui. Effectivement, il faut avoir un mode de vie sain et faire attention à ce que l’on mange, à ce que l’on fait. Rien n’est bon dans les excès. Sauf le rire ! Ah ça, je peux vous faire une ordonnance de rire, il n’y aura pas de problème.

Tous les mardis et samedis au Théâtre du Gymnase, à Paris. Crédit : Photo DR/.

LE GÉNIE DU VIN
Une comédie mise en scène par Michel Thibaud, et interprétée par Sylvie Malys (1h10). Tous les mardis à 20h00 et tous les samedis à 18h00 au Théâtre du Gymnase, Paris (10e). Dégustation de vin offerte à l’issue du spectacle.
Réservation : 01.42.46.79.79
Instagram : @sylviemalys
Facebook : https://www.facebook.com/ sylviemalys