Like

La story d’Émilie Sonvico : son expérience aux Championnats d’Europe à Madrid

Souvenez-vous ! Vous l’aviez (re)découverte dans WOMEN SPORTS magazine N.13 de juillet-août-septembre 2019. À 30 ans, Émilie Sonvico, gendarme de profession et membre de l’équipe de France de boxe amateur, s’est lancée un défi de taille : participer aux Jeux olympiques de Tokyo-2020. En partenariat avec la team JSUGE et son promoteur Mehdi Ameur, nous avons décidé de suivre le parcours d’Émilie chaque semaine et de vous le faire partager sur nos canaux digitaux.

Relire le portrait d’Émilie Sonvico, les JO sinon rien !
Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.13

À 30 ans, Émilie Sonvico s’est lancée un défi de taille : participer aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020. Un sacré challenge que nous allons suivre sur WS.

Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.13.

La semaine dernière, Émilie Sonvico a participé aux Championnats d’Europe féminin à Madrid, en Espagne. La boxeuse française a été éliminée aux portes des quarts-de-finale par la Turque Busenaz Surmeneli, malgré un beau combat que nous décrit Anthony Veniant, entraîneur national en charge du collectif senior féminin, sur le site de la Fédération française de boxe (ffboxe.com) :

« Émilie affrontait une boxeuse turque qu’elle avait rencontrée il y a quelques mois, lors d’un tournoi en Serbie et face à laquelle elle avait été arrêtée. Elle nourrissait donc une petite appréhension, ce qui ne l’a pas empêchée de très bien aborder le combat. Elle a d’ailleurs gagné le premier round en multipliant les séquences pénétrantes. Elle est rentrée sur son adversaire, tantôt à distance, tantôt à mi-distance, au point de déstabiliser la Turque qui ne s’attendait pas forcément à ça et qui a été comptée. Ensuite, Émilie, sous le coup de l’euphorie, s’est un peu déconcentrée alors que Busenaz Surmeneli, elle, a fait preuve de beaucoup plus d’engagement et a durci les échanges. En dépit d’un avertissement pour avoir frappé les mains ouvertes, c’est elle qui sortait vainqueur des échanges en se montrant plus efficace en terme de puissance d’autant qu’Émilie a commencé à être très entamée physiquement. Après avoir tout donné dans les deux reprises initiales, elle a manqué d’énergie dans la troisième. Si bien que ses coups, notamment en remise, étaient dépourvus d’impact et donnés trop lentement. De son côté, la Turque prenait l’ascendant en enchaînant à mi-distance. C’est là que le match, qui a été très serré, s’est joué. Néanmoins, dans l’ensemble, Émilie a livré une bonne prestation. »