Like

Hatha yoga olfactif, son et respiration : les sens pour méditer

« Apprenez à cultiver votre flair, à écouter votre voix, et à découvrir votre madeleine de Proust ». C’est en ces termes que se dévoile à nous le yoga olfactif. Une approche surprenante qui conjugue l’art du yoga, la puissance de la voix, le pouvoir du souffle, et l’enveloppement du parfum. Voyage au cœur des sens. 

Par Léa Borie
Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.13 de juillet-août-septembre 2019
Dossier « Spécial Yoga, cet été on respire ! »

A la découverte du yoga olfactif, approche qui mêle hatha yoga, souffle, et parfum. Voyage au cœur des sens pour une méditation olfactive surprenante.

Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.13.

Au pied du tapis, Béatrice Boisserie nous accueille dans un appartement à l’ambiance légère et profonde à la fois. Elle pra­tique le hatha yoga depuis 1988 et appartient à l’association YOS (pour Yoga Olfacto-Sonore). Sa consigne en nous conviant à sa séance : ne pas se parfumer le matin.

En arrivant, avant de commen­cer la séance qui nous transpor­tera au cœur de nos sens pen­dant 1h30, elle nous explique le principe clé : « A partir du mouve­ment naturel de la respiration, on vient combiner enchaîne­ments et postures, méditation olfactive et séquences sonores. Dans cette expérience holis­tique multi sensorielle autour du souffle et des voyelles, le nez joue les boussoles et donne à chacun l’occasion de se mettre en mouvement et de prendre conscience de sa respiration, de se laisser porter par les évo­cations olfactives, de jouer avec les voyelles et consonnes, de cultiver son jardin, et de s’amu­ser de sa curiosité. »

Qu’est-ce qu’on sent ?

Pendant la séance de yoga ol­factif, Béatrice tend à chaque apprenti-yogi une réglette de parfum. Notre objectif au cours de cet atelier sensible : « se mettre à l’écoute des parfums, comme on regarde une œuvre d’art, une sculpture, afin de sentir leur présence. Il y a un as­pect mantra-thérapie (thérapie du son avec le parfum). »

Des parfums choisis car repré­sentatifs de climats, d’après la professionnelle. « J’ai commen­cé à écrire sur le parfum, il y a une douzaine d’années. Il est chargé d’histoires à raconter : premier parfum, effluve de mer Méditerranée, montagnes, au­tant de souvenirs de vacances au carrefour de plein d’élé­ments de vie. Les odeurs nous construisent, ce sont parfois celles avec lesquelles on gran­dit. Que ce soit par nostalgie de l’enfance, de la mémoire… le parfum m’a toujours intriguée. On le croit superficiel mais c’est loin d’être le cas car avec lui, on rentre dans l’intimité de la personne, ses ressources, sa vulnérabilité ».

Elle nous raconte qu’Andy Warhol avait une sorte de bibliographie de ses par­fums, qu’il portait jusqu’à fin du flacon pour ne jamais remettre le même. Rangés comme des archives, les flacons correspon­daient alors à des moments de sa vie. En respirant un bouchon, il détenait l’essence d’une période avec les personnes fréquentées, les musiques écoutées… Des souvenirs im­palpables liés à l’odeur. Pour notre séance, trois odeurs sont retenues pour ne pas nous satu­rer. Des senteurs liées au thème de notre spécialiste : qui invitent à l’enracinement et présentent un climat. Autour d’eux, notre oratrice raconte une petite his­toire, et nous emporte avec elle comme un film, tout en laissant une liberté d’interprétation, que chacun se fasse sa propre cou­leur.

Comment on respire ?

L’expérience avec le souffle inté­resse particulièrement la prati­cienne. « Il est toujours déjà là, on peut toujours compter sur ce mouvement ». Une expérience décuplée avec les actions d’ins­pirer un parfum et d’expirer un son : « cela crée une sorte de boucle qui fait sens, une expé­rience des correspondances et finalement, un aspect très poétique de la pratique qui s’in­carne dans le corps ». Cultiver cet art de vivre insufflé par le yoga est une très bonne chose, et selon Béatrice, pratiquer le yoga sonore et olfactif en met­tant ses sens en éveil apporte une attention particulière. Cette idée de cycle, une synergie re­liée à l’enracinement, peut venir en aide aux personnes disper­sées afin de se centrer plus fa­cilement, s’exprimer, se libérer.

Le yoga est une préparation à l’olfaction, nous explique Béa­trice. « Le fait de travailler avec le son et de sentir cette vibra­tion quand on fait une voyelle permet de mettre son odorat en éveil. Quand j’inspire un parfum et expire un son, il y a tout un rythme qui se créé dans le corps. Tous les sens sont liés dans le cerveau entre odorat et son, prononciation et écoute des sons. Les faire vibrer à certains endroits pour ouvrir, s’enraciner, s’ancrer… il y a tous les outils pour répondre à des besoins : rayonner, être joyeux… toutes ces facettes du bien-être sont à expérimenter.»

Pourquoi mêler odorat et souffle au yoga ?

« Etant donné que je fais du chant, j’ai découvert le yoga du son avec Françis Tore, avec une idée en tête : prendre conscience du lien qui existe entre effluves et respiration, préparer le corps à mieux sentir. Durant plusieurs mois, j’ai ré­fléchi à la forme que pourraient prendre ces ateliers. J’ai d’ail­leurs donné une conférence fin 2018 au musée Fragonard. C’est ainsi que sont nés les cy­cles d’ateliers olfacto-sonores. Moi qui ai l’amour du yoga, du parfum, de la voix parlée, chan­tée, et l’amour des mots : j’aime à penser que je donne une pré­sence ».

Pour la suite, Béatrice Boisserie compte aller à la rencontre de l’autre et développer ces ateliers. Pour en savoir plus sur sa démarche et les prochaines dates : yos.paris31@gmail.com, @YOS.YogaOlfactoSonore sur Facebook,  yosparis31 sur Instagram.


Dossier « Spécial Yoga, cet été on respire ! », lire aussi :

  • 10 formes de yoga insolites : yoga chèvre, yoga nu, swing yoga…
  • Détente bretonne – Méditation face à la mer à la Thalasso Concarneau
  • Les origines du yoga, de l’Inde à l’Occident
  • Ces stars qui pratiquent le yoga
  • Yoga et alimentation
  • La recette matinale préférée de Yaël Bloch, enseignante de yoga