57753 Views |  7

Femmes et sport, l’histoire d’un long combat

Des différences subsistent entre les hommes et les femmes en matière de pratique sportive de masse et de haut niveau, ou de représentativité dans les instances sportives. Mais que de chemin parcouru quand on songe aux origines du sport organisé, qui tenait les femmes totalement à l’écart ! Pourquoi les femmes ont-elles dû se battre davantage que les hommes pour pratiquer le sport ? Quelles furent les étapes de ce long combat ? Plongée au cœur d’une histoire passionnante et méconnue.

par Camille Journet, avec la contribution de Djedjiga Kachenoura, présidente de «sport univers’elle»

La genèse : une histoire de corps
La pratique sportive est intimement liée à l’utilisation et l’exploitation du corps. De fait et au fil des époques, l’appropriation du sport par les femmes s’est « naturellement » heurtée aux représentations normatives du corps et de la féminité qui englobent donc la sexualité, la beauté et la maternité. Au fil des décennies, le corps médical, les institutions, les politiques et l’opinion publique se sont emparés de ce débat et ont dicté le cadre de la pratique sportive pour les femmes et les filles. Les facteurs sociaux, culturels et conjoncturels ont contribué à créer les inégalités dans l’accès au monde du sport pour les femmes. L’école et l’éducation physique, en particulier, ont eu un rôle majeur dans l’intériorisation des modèles de féminités en France. Du reste, l’histoire nous montre deux processus différents pour l’accès à des disciplines considérées comme « masculines » (football, rugby, boxe, lutte) ou les disciplines « gracieuses » telles que la gymnastique, le patinage. Un axe d’étude qui est encore d’actualité aujourd’hui !

Quand les femmes devaient se déguiser en homme !
Le nom Kallipateira ne vous dit peut-être rien. Pourtant, elle est la cause de la mise en place des premiers tests de féminité aux jeux Olympiques. En 440 avant J.-C, elle entraîna son fils pour les JO, et se déguisa en homme pour l’accompagner à Olympe, tant excitée par la victoire de son fils, que sa tenue se décrocha. Les dirigeants décidèrent ainsi qu’entraîneurs et athlètes participerait en tenue d’Adam, pour ne plus se faire avoir. Ironie de l’histoire : de nos jours, les tests de féminité sont utilisés pour s’assurer au contraire, qu’un homme ne se fait pas passer pour une femme ! Jusqu’en 1800, il était très mal vu pour les femmes de participer à des compétitions ou combats, la plupart se déguisant pour prendre la cotte de mailles. La guerre et le sang étaient leur quotidien.

Au moyen-âge, l’exception est la règle
Les rares exemples de femmes sportives avant le 19e siècle ne concernent que quelque nobles. En 1427, Margot la Hennuyère remporta une compétition de jeu de paume, ancêtre du tennis. Son jeu impressionna les hommes. 140 ans plus tard, la reine d’Écosse Mary Stuart, première femme à pratiquer le golf, provoqua un scandale en jouant une partie peu de temps après le meurtre de son époux, Lord Darnley, dont son implication fait encore débat.

L’exercice physique entre à l’école… pour aider les femmes à faire le ménage !
C’est paradoxalement un texte qui serait jugé aujourd’hui extrêmement mysogine qui marque le coup d’envoi de la pratique sportive de masse pour les femmes. La défaite de 1870 et la chute du Second Empire pousse les politiques à donner une dimension nationale et utilitaire au sport et la gymnastique devient une priorité nationale. L’Education Physique est inscrite dans la Loi en 1882, avec cette formule : « l’école primaire peut et doit faire aux exercices du corps une part suffisante pour préparer et prédisposer (…) les garçons aux futurs travaux de l’ouvrier et du soldat, les jeunes filles aux soins du ménage et aux ouvrages des femmes ».

La fin des jupes longues
A la fin du 19e Siècle, la pratique féminine se développe. Mais les sportives sont priées de conserver une part de féminité. Avant l’intervention d’Amelia Jenks Bloomer, en 1851, les sportives devaient courir en jupe longue. Amelia a créé les « bloomers », ces shorts « culottes » pour l’athlétisme et le volley, initialement utilisé pour faire de la bicyclette. En 1900, les femmes font leur apparition aux JO, en tennis et golf mais les hommes sont sceptiques à leur participation, comme le montre la citation du Dr Maurice Boigey, « La femme n’est pas faite pour lutter mais pour procréer ». Les femmes ne sont donc présentes que pour des sports de démonstration et sont rabaissées pour leur qualité physique, inférieure aux hommes. Signalons également en 1901 le lancement du périodique Fémina ayant pour cible la bourgeoisie féminine. Son contenu accorde une place importante aux loisirs et aux sports.

Alice Milliat la féministe répond à Pierre de Coubertin le mysogine
Au début du XXe Siècle, naissent les premières sections féminines sportives. Mais le scepticisme des hommes à l’égard des sportives demeure, à l’image de cette phrase prononcée par Pierre de Coubertin en 1912 : « Les jeux olympiques devraient être réservés aux hommes, leur rôle (les femmes) avant tout devrait être de couronner les vainqueurs ». Alice Milliat, sportive française et  ambassadrice du sport féminin, fonde en 1917 la Fédération des sociétés féminines sportives de France (FSFSF) puis la Fédération sportive féminine internationale (FSFI), afin d’offrir aux femmes des compétitions en alternance avec celles qui sont proposés aux hommes, et se bat pour inclure les femmes dans les compétitions officielles. Un combat qui finira par porter ses fruits. Lors des jeux olympiques d’été de 1928, 277 femmes auront le droit de participer aux épreuves d’athlétisme des olympiades aux côtés des    2 606 hommes. L’entre-deux-guerres permet la popularisation du sport féminin. Les femmes  féminisent peu à peu les pratiques sportives.

La France de Vichy veille à éviter « tout risque de masculinisation »
La défaite de 1940 face aux Allemands est analysée comme « une défaite physique ». Le Maréchal Pétain confie à Marie-Thérèse Eyquem la tâche de réorganiser le sport féminin avec des consignes pour le moins particulières motivées par des considérations médicales, sociales et morales. Le sport féminin se doit de garder de « tout risque de masculinisation, d’excès, de compétition et d’exhibition spectaculaire ». La pratique du sport pour les femmes est dès lors régie par l’intention de réduire au maximum les principaux dangers résultant de l’activité physique. Pour le dire autrement, aux yeux du gouvernement de Vichy, les femmes doivent être en bonne santé… pour procréer.

Le droit de vote des femmes marque un nouveau départ
On l’oublie trop souvent, mais c’est par une ordonnance du 21 avril 1944 qu’est donné aux femmes le droit de voter et d’être élues. Il y a 72 ans à peine ! Cette date marque le début d’une nouvelle ère. La fin de la guerre et les Trente Glorieuses font le reste. Juste après la guerre, plusieurs fédérations nationales accueillent hommes et femmes. Toutefois, les institutions sportives restent dirigées par des hommes et l’école devient mixte… mais pas encore l’éducation physique. Certains sports comme le football restent encore interdits. Plus pour très longtemps, heureusement.

1970, date de naissance de la mixité
C’est en 1970 qu’est décrétée la mixité dans les cours d’EPS. La vague de mai 68 est passée par là. Quelques performances retentissantes de sportives également. Comme celles de la skieuse Marielle Goitschel, première femme désignée « Championne des champions » par le journal L’Equipe, en 1964. C’est aussi en 1970 que le football est enfin autorisé pour les femmes. Les Etats-Unis adoptent le 23 juin 1972 l’amendement « Title IX » avec un délai d’application qui court jusqu’en 1978, qui donne un essor exceptionnel au sport féminin scolaire et universitaire.

Billie Jean King obtient l’égalité des primes dans le tennis
Le tennis est un pionnier de l’égalité. En 1973, Billie Jean King, alors meilleure joueuse du monde, menace de ne pas participer à l’US Open si les femmes n’obtiennent pas les mêmes droits que les hommes. Depuis, l’égalité est appliquée pour ce tournoi, où hommes et femmes bénéficient des mêmes revenus du premier au dernier tour. L’application fut plus tardive pour les autres « Grand Chelem » : 2000 pour l’Open d’Australie et 2007 pour Roland-Garros et Wimbledon.

Ministre des sports, un poste trusté par les femmes !
A mesure que croît le nombre de femmes licenciées au sein des fédérations sportives, les femmes font peu à peu leur apparition dans les métiers du sport. L’un des métiers les plus féminins ? Ministre des sports ! Depuis 1981, elles ont trusté le poste : Edwige Avice (1981-1984), Frédérique Bredin (1991-1993), Michèle Alliot-Marie (1993-1995), Marie-George Buffet (1997-2002), Roselyne Bachelot (2007-2010), Chantal Jouano (2010-2011), Valérie Fourneyron (2012-2014), Najat Vallaud-Belkacem (2014). C’est aussi en 1981 que le Comité international olympique a accueilli pour la première fois des femmes parmi ses membres. Et en 1990, Flor Isava Fonseca devient la première femme élue membre de la commission exécutive du CIO, le « gouvernement » du sport mondial. Aujourd’hui, 26% des dirigeants des grandes fédérations internationales sont des femmes. Mais en France, une seule fédération olympique compte une femme pour présidente.

Epilogue : liberté, égalité, mixité
Aux JO de 1900, il n’y avait que 2,1% d’épreuves féminines. Cet été, à Rio, ce chiffre sera de 47,4%. La parité est presque atteinte. Toutefois, de nombreux combats restent à mener. Songez que le saut à skis n’est autorisé pour les femmes aux Jeux olympiques que depuis 2014. La place des femmes au sein des instances sportives et dans les métiers du sport reste limitée, tout comme la place accordée au sport féminin dans les grands médias. Mais le vrai combat, c’est celui de la mixité. Le jour où le terme       « sport féminin » aura définitivement disparu du vocabulaire populaire, cet ultime combat sera gagné.