616 Views |  Like

Et si on allait courir avec son chien ?

Besoin d’un petit élan de motivation supplémentaire pour aller courir en rentrant du travail, ou envie de faire plaisir à votre animal de compagnie en l’emmenant se promener ? Pratiquer le running avec son chien est une excellente idée, à condition de respecter quelques petites règles. Allez Nonoss !

PAR LÉA BORIE
Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.9 de juillet-août-septembre 2018.

COURIR AVEC SON CHIEN. Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.9 de juillet-août-septembre 2018.

Petites précautions avant de courir avec son chien

•Check-up vétérinaire :

Assurez-vous auprès de votre vétérinaire que votre animal n’a pas de problème cardiaque ou de faiblesse res­piratoire. Sachez que certaines races de chien auront plus de mal que d’autres à vous suivre, notamment les plus petits gabarits, les chiens courts sur pattes et ceux à la face plate. Et bien sûr, une fois que vous avez le «Go» du véto’, établissez un programme progressif.

•Que chacun tienne sa place…

Souvent, les chiens qui ne sont pas habitués à courir na­viguent, reniflent un peu partout, s’ar­rêtent net… S’il est en laisse, vous ris­quez de vous prendre les pieds dedans. Donnez-lui l’habitude de rester sur un même côté, et de garder le rythme avec vous (hormis pour les huskys, qui seront frustrés de ne pas être devant vous).

•Garder patience :

Peut-être qu’il fau­dra attendre un peu. On pense souvent à veiller sur les chiens âgés mais il ne faut pas oublier qu’un chiot doit aussi susci­ter toute votre attention. En effet, en des­sous de 7 mois, il ne doit pas être trop sollicité, au risque de mal se développer. Et surtout, quel que soit l’âge, tâchez de respecter ses capacités, parce qu’en brave bête qu’il est, il essayera de vous suivre jusqu’au bout… coûte que coûte.

•Pas de croquette avant de courir :

Dans la mesure du possible, notamment le matin, faites-le partir à jeun. Car s’il souffre d’un retournement d’estomac, il faudra l’opérer… Par contre, pensez à lui prendre de l’eau, ou à prévoir des passages avec points d’eau. Pour ça, prévoyez de vous arrêter environ tous les quarts d’heure. Tout en contrôlant la quantité, toujours pour éviter ce phéno­mène de retournement d’estomac.

•Courir sur un sol mou :

Choisissez un par­cours forestier plutôt que recouvert de goudron. Les tendons de votre animal vous diront merci ! Et après chaque sortie running, inspectez soigneusement ses coussinets !

Mon expérience personnelle de course canine

J’ai essayé d’emmener courir mon chien à la campagne, avec un peu de dénivelé, sur une demi-heure de course à allure modérée. Entre les chiens rencontrés auprès des maisons alentours, les lapins sauvages, poules en cage, chats en balade, et même un serpent (!), difficile de veiller à ses foulées tout en gardant les yeux rivés sur Dropi.

Le compromis que j’ai trouvé :

partir avec une laisse autour de la taille, au cas où nous fassions de « mauvaises » rencontres, et s’en tenir à un seul tour d’une demi-heure, comme il n’a pas trop l’habitude. La suite de ma sortie running se poursuit sans lui pour le ménager.

Et vous, quelles expériences de running avez-vous eues avec votre chien ? Vous n’arrivez pas à le faire courir : quelle parade ou autre activité avez-vous pu partager avec lui ?