Like

Dopage : Cornet au coeur d’une procédure disciplinaire après trois contrôles inopinés manqués

Une procédure disciplinaire a été lancée à l’encontre de la joueuse de tennis française Alizé Cornet pour infraction aux règles de la lutte antidopage après avoir manqué trois contrôlés inopinés en 2017. La Niçoise de 28 ans évoque des « raisons valables » à ses non-présentations qui seront entendues par un tribunal en mars. En attendant, la Fédération française de tennis (FFT) a choisi de ne pas la sélectionner pour le premier tour de la Fed Cup qui aura lieu face à la Belgique les 10 et 11 février prochains.

La nouvelle est tombée mercredi soir via un communiqué de la Fédération française de tennis (FFT) : Alizé Cornet est visée par une procédure disciplinaire pour « infraction aux règles de la lutte antidopage après avoir manqué trois contrôles inopinés au cours des 12 derniers mois ».

La Française, 38e joueuse mondiale, ne se serait pas montrée chez elle à Nice lors de la venue des instances de contrôle. Or, l’Agence mondiale antidopage (AMA) prévoit des règles très strictes en la matière : les sportifs de haut niveau doivent notamment préciser, avant chaque trimestre, l’endroit où ils seront disponibles sur un créneau de 60 minutes. Le but étant qu’ils puissent être contrôlés à tout moment. En cas de trois « no show », c’est-à-dire de trois non-présentations sur le lieu indiqué, le sportif s’expose à une suspension de deux ans, éventuellement réduite à un an en cas de circonstances atténuantes. Une mésaventure qui a déjà touché le sport français avec le rugbyman Yoann Huget, suspendu 4 mois pour avoir négligé ces règles de localisation, ce qui l’avait privé de la Coupe du monde en Nouvelle-Zélande. [ndlr : à l’époque les règles en vigueur prévoyaient des sanctions plus clémentes].

Cornet invoque des « raisons valables »

Immédiatement après cette annonce, Alizé Cornet a publié un message sur son compte Twitter, invoquant des « raisons valables » à ces manquements aux règles anti-dopage.

« En octobre dernier, j’ai reçu mon 3e « non show » de la part du système de surveillance de l’Agence mondiale antidopage, ce qui signifie qu’entre la vingtaine de contrôles antidopage que j’ai effectué sur la saison 2017, tous négatifs bien évidemment, j’ai manqué 3 contrôles inopinés à la maison dû à des raisons valables que l’ITF [ndlr : Fédération internationale de tennis] n’a pour l’instant pas voulu entendre », a expliqué la Niçoise de 28 ans, sans toutefois préciser qu’elles étaient ces « raisons valables ».

Ce matin, l’instance dirigeante du tennis mondial a cependant démenti ne pas avoir entendu les arguments de la joueuse : « Contrairement à ce qu’implique la déclaration de Mlle Cornet […], le processus [des contrôles antidopage], qui inclut le droit à une évaluation indépendante [des argument des joueurs] a été suivi dans les trois cas », a insisté l’ITF dans un communiqué publié jeudi en marge de l’Open d’Australie à Melbourne.

L’affaire sera présentée au tribunal lors d’une première audience en mars. Elle devrait déterminer la suite de la saison de la Française qui, jusque là, entend participer « normalement » aux tournois du circuit WTA.

Écartée de la Fed Cup

En attendant la décision des instances internationales, la FFT a choisi de ne pas sélectionner Cornet pour le premier tour de la Fed Cup 2018 qui aura lieu face à la Belgique les 10 et 11 févriers prochain à Mouilleron-le-Captif en Vendée. La Française a été mise au banc pour « préparer sa défense » mais également pour « préserver l’équipe de France lors de la préparation ». Cette décision, émanant du directeur technique national par intérim Pierre Cherret, a été prise en « plein accord » avec le capitaine de l’équipe de France Yannick Noah.

L’absence de Cornet, N°3 française, risque de faire mal aux Bleues face à la Belgique, certainement emmenée par la très en forme Elise Mertens (20e mondiale), demi-finaliste de l’Open d’Australie. En effet, la leader du groupe Caroline Garcia (N°7), qui avait décidé de faire l’impasse sur le tournoi mondial par équipes nationales en 2017, n’a toujours pas exprimé son intention de revenir en Fed Cup pour la saison à venir. Kristina Mladenovic, quant à elle, pilier des Françaises l’année dernière, reste sur une série catastrophique de 15 défaites sur le circuit féminin…