Like

Championne : Marie-Eve Gahié, en 5 dates-clés

Le 29 août dernier, Marie-Eve Gahié a remporté son premier titre de championne du monde de judo (-70kg) à Tokyo, au Japon. La Française de 22 ans, très croyante, est revenue pour nous sur quelques-uns des moments forts de sa carrière, à moins d’un an des Jeux Olympiques de Tokyo 2020.

Par Floriane Cantoro
Extrait du magazine WOMEN SPORTS N.14 d’octobre-novembre-décembre 2019

2013 – La promesse 

C’est une bonne année pour Marie-Eve Gahié qui commence à inscrire son nom dans l’histoire du judo français. À 17 ans, elle remporte le titre européen chez les cadets en juin à Tallinn, puis le titre mondial dans la même catégorie quelques semaines plus tard à Miami, en battant la Japonaise Mako Enda en finale (ippon). « Je me souviens que j’étais blessée et que je ne savais pas si j’allais combattre. C’est la foi qui m’a permis d’aller au bout de la compétition : j’ai cru en Dieu et en moi, et ça a marché ! C’était mes premiers Championnats du monde et je les ai remportés en battant une Japonaise en finale en plus. C’était un bon moment dont je me souviendrai toujours. » 

2015 – L’éclosion 

Elle connaît son premier grand succès sur la scène internationale au Grand Prix de Tbilissi (Georgie) en 2015, où elle partage la troisième marche du podium avec l’Israélienne Linda Bolder. « J’arrive dans la cour des grands. Ça fait plaisir de remporter une médaille chez les seniors, de marquer les esprits. » La même année, elle décroche également le bronze au Grand Slam de Bakou (Azerbaïdjan). En 2016, elle atteindra la première place de trois compétitions du circuit mondial de judo : le Grand Prix de Samsun (Turquie), le Grand Prix d’Almaty (Kazakhstan) et surtout le Grand Slam d’Abu Dhabi (Émirats arabes unis), considéré comme un événement majeur dans le calendrier international. 

Le 29 août dernier Marie-Eve Gahié a remporté son premier titre de championne du monde de judo (-70kg) à Tokyo. Retour sur 5 dates-clés de sa jeune carrière

Marie-Eve Gahié a remporté sa première médaille internationale chez les seniors aux Championnats d’Europe 2017 (bronze). © Thierry Albisetti/Lakom Agency

2017 – L’ascension 

Marie-Eve Gahié remporte sa première médaille internationale chez les seniors aux Championnats d’Europe 2017, à Varsovie (Pologne). Il s’agit du bronze qu’elle décroche en battant la Polonaise Katarzyna Klys. Lors de ce même Euro, Gahié monte sur la première marche du podium dans l’épreuve par équipe disputée avec ses compatriotes de l’équipe de France féminine. 

2018 – La confirmation 

À seulement 21 ans, Marie-Eve Gahié réalise des Championnats du monde 2018 remarquables à Bakou (Azerbaïdjan). Malheureusement, elle s’incline en finale face à la Japonaise Chizuru Arai, ainsi sacrée double championne du monde. « Pour ma deuxième participation aux Mondiaux, je perds en finale. C’est dommage mais je suis quand même allée loin dans la compétition, je sais que j’ai le niveau. Forcément, il y a un peu de déception de chuter sur la dernière marche, mais aussi beaucoup d’espoir. Je me dis que ce n’est que partie remise, que la prochaine sera la bonne ! » 

2019 – La consécration 

Et elle a eu raison de croire en ses chances ! Malgré un début de saison mitigé, la Française est allée chercher l’or aux Mondiaux-2019 de Tokyo à la fin de l’été (voir ici). Elle s’est imposée en finale de la compétition, en 48 secondes, face à la Portugaise Barbara Timo. Un titre qu’elle a remporté quelques heures après le quatrième sacre de Clarisse Agbegnenou (-63 kg), qu’elle considère comme sa grande soeur du judo. « Championne du monde… C’est fait ! J’y ai cru et je me suis battue pour ça. Je suis vraiment très heureuse. » 

Bonus 2020 – La destination

En décrochant ce premier titre mondial à moins d’un an des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 (et sur le même site qui plus est !), Marie-Eve Gahié s’est aiguisée l’appétit : elle a encore plus envie d’aller chercher le sacre olympique l’été prochain au Japon. « J’y pense beaucoup, c’est vrai. Cette année, j’étais concentrée sur les Mondiaux-2019 parce que je voulais vraiment faire quelque chose de grand. Après un petit break en septembre, je vais pouvoir me remettre à fond sur la préparation des Jeux ». Avec nul autre métal que l’or dans le viseur, bien sûr.