385 Views |  Like

Kathrine Switzer recourt le marathon de Boston, 50 ans après être devenue la première femme à prendre part à la course

Lundi, l’Américaine Kathrine Switzer, 70 ans, a franchi la ligne d’arrivée de la 121ème édition du marathon de Boston avec le dossard numéro 261 épinglé sur le dos. Ce même numéro sous lequel, il y a 50 ans, elle devenait la première femme à prendre part à la course.

Le marathon de Boston recevait une invitée de marque pour sa 121ème édition lundi 17 avril 2017 : Kathrine Switzer. Il y a 50 ans presque jour pour jour, cette Américaine alors âgée de 20 ans, devenait la première femme de l’histoire à prendre part à la course.

19 avril 1967. Inscrite sous l’identifiant « K.V Switzer », Kathrine Switzer s’engage dans le marathon de Boston, alors même que les femmes ne sont pas encore officiellement autorisées à concourir. Quelques kilomètres après le top départ, elle est repérée par les organisateurs du marathon qui tentent de lui arracher son dossard portant le numéro 261. Défendue par son petit ami de l’époque et son entraîneur, elle arrive au bout des 42,195 kilomètres en 4 h et 20 minutes.

Il y a 50 ans, en 1967, les organisateurs du marathon de Boston ont tenté d'empêcher Kathrine Switzer de finir sa course.

Il y a 50 ans, en 1967, les organisateurs du marathon de Boston ont tenté d’empêcher Kathrine Switzer de finir sa course.

 

Pour elle, c’est un déclic et le début d’un long combat pour la démocratisation de la course à pied auprès des femmes. Sa plus grande réussite : l’insertion du marathon féminin aux Jeux Olympiques, dont la première édition s’est tenue à Los Angeles en 1984, et a été remportée par l’Américaine Joan Benoit.

Lundi, Kathrine Switzer participait au marathon de Boston avec le numéro symbolique de sa première course, le 261. À 70 ans, elle a terminé le parcours en 4 heures 44 minutes et 31 secondes avec certainement comme principale satisfaction d’être seulement une femme parmi tant d’autres.

Partagez cet article Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn