308 Views |  Like

« Je suis fière de leur montrer ce que certaines femmes sont capables de faire » : la lettre de Serena Williams à sa maman

Serena Williams a publié mardi une lettre touchante adressée à sa mère dans laquelle elle revient sur toutes les difficultés traversées depuis son adolescence, notamment les critiques sur son physique.

Quelques jours après avoir accouché d’une petite Alexis Olympia Ohanian Jr, Serena Williams s’est adressée à sa mère sur les réseaux sociaux. Dans une lettre publiée sur le site Reddit, plateforme cofondée par son fiancé Alexis Ohanian, la championne de tennis américaine remercie sa maman, Oracene Price, d’avoir été « le modèle dont elle avait besoin pour franchir tous les obstacles qu’elle appréhende aujourd’hui comme des challenges ». Ces obstacles, ce sont toutes les critiques que l’ancienne N°1 mondiale subit « depuis ses 15 ans » par rapport à son physique notamment : « On m’a dit que je n’avais pas ma place dans le sport féminin […] non, je travaille juste, je suis née avec ce corps de malade et j’en suis fière ».

La lettre de Serena Williams à sa maman

Maman,

Tu es l’une des femmes les plus fortes que je connaisse.
Je regardais ma fille (Mon Dieu, oui, j’ai une fille!) et elle a mes bras et mes jambes. Les mêmes bras forts, musclés, puissants et sensationnels, le même corps. Je ne sais pas comment je réagirais si elle devait traverser tout ce que j’ai enduré depuis mes 15 ans et que j’endure encore aujourd’hui.

On m’a traitée d’homme parce que je paraissais très forte. On a dit que j’utilisais des drogues (Non, j’ai toujours eu beaucoup trop d’intégrité pour me conduire malhonnêtement afin d’en tirer un avantage). On m’a dit que je n’avais pas ma place dans le sport féminin – mais avec les hommes – car je suis plus forte que beaucoup d’autres femmes (Non, je travaille juste dur et je suis née avec ce corps de malade [ndlr : « badass » dans la version originale] et j’en suis fière).

Mais Maman, je ne sais pas comment tu as fait pour ne jamais sortir de tes gongs face à chaque journaliste, chaque personne, chaque commentateur et chaque détracteur, trop ignorants pour comprendre la force d’une femme noire.

Je suis fière de pouvoir leur montrer ce que certaines femmes sont capables de faire. Nous ne nous ressemblons pas toutes. Nous sommes courbées, fortes, musclées, grandes, petites, pour n’en citer que quelques-uns, et toutes les mêmes : des femmes, et fières de l’être.

Tu es si digne, j’aimerais tellement pourvoir suivre ton exemple. J’essaie et je sais que Dieu va m’aider. J’ai encore un long chemin à parcourir mais merci. Merci d’être le modèle dont j’avais besoin pour franchir tous les obstacles que j’appréhende aujourd’hui comme des challenges – et que j’arrive aujourd’hui à apprécier. J’espère donner les mêmes leçons à mon bébé Alexis Olympia et avoir la même force que toi.

Promets-moi, maman, que tu continueras à m’aider. Je ne suis pas sûre d’être aussi douce et forte que toi. J’espère y arriver un jour. Je t’aime tendrement.

La plus jeune de tes cinq enfants,
Serena

Partagez cet article Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn